Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'ORPAILLEUR ET L'ALBATROS

L'ORPAILLEUR ET L'ALBATROS

L’introspection signifie « regarder à l’intérieur de soi ». Ce terme désigne l’état dans lequel on est attentif à ce qui se passe à l’intérieur de soi (nos sensations, nos pensées, qui nous sommes...) et les méthodes pour regarder à l’intérieur de soi. En psychologie, l'introspection est une méthode d'observation et d'analyse de soi en vue d'étudier sa propre personne et d'acquérir une connaissance de soi ou bien en vue de connaître l'esprit humain en général...


QU'IL EST LOIN MON PAYS, QU'IL EST LOIN...

Publié par L'Orpailleur sur 19 Février 2020, 05:57am

QU'IL EST LOIN MON PAYS, QU'IL EST LOIN...

Là où nous jouions sur la route sans nous soucier du danger avec une balle qui foutait le camp pour aller se frotter aux grenouilles. Et puis, cette époque où quelques rangs de vignes pouponnaient nos jeux d’aventure et nos premières tendresses. Que le monde était beau et que les filles étaient jolies ! Prémices de la curiosité qui empruntaient vite les sentiers de la honte à l’approche de la table familiale, avec cette impression de tout avoir imprimé sur le front.

Et puis, dans ce bien plus tard, un volume fatigué sur la table pour nous inviter à ce que la parole circule. Un rideau de perles entre les colonnes pour laisser l’air en mouvement. Quatre chaises de paille éventrées par reconnaissance pour avoir supporté trop de formes rondes. Une mise en scène comme si il n’y en avait pas !

Ici, les mots ont pris le pouvoir des journées entières et le son s’est décoré du langage occitan jusqu’aux feuilles affairées par le vent. Un vigneron debout, une posture légale, tout oblige à penser et à épandre pour que le vide prenne le moins de place possible. Une terre rude qui nourrit ses hommes tant bien que vaille. Des rires et des soupirs entre deux ruelles. Une fontaine pour point de ralliement. Des murs de pierres sèches pour se parer de l’ardent. Quelques cigales qui scandent en cadence à l’abri des regards. Une brassée de garrigue et puis le temps qui n’en finit pas de se détendre. C’est une célébration permanente à l’inépuisable arpenteur adepte du monde des heureux.

Chanceuse époque d’insouciance où les journées paraissaient longues et la vie éternelle. En ce temps-là, je ne concevais nullement l’idée de l’amour comme celle de l’oubli.

Savall d’Arvo

5 447Visiteurs uniques
10 695Pages vues
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents